TÉLÉCHARGER QGIS 2.16

No Comments

Il règle beaucoup de problèmes introduits par le format shape dont la limitation du nombre et de la taille des champs. Nouvelles options de configuration pour la table attributaire Fonctionnalité: Un autre module va sans doute connaître le même sort dans l’avenir: Cela peut être utile pour, par exemple, formater le nom du fichier de sortie de manière dynamique en fonction de la valeur d’un champ. Les polygones sont forcément orientés dans le sens des aiguilles d’une montre.

Nom: qgis 2.16
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 59.49 MBytes

Il existe enfin une fonction générique qui permet de réaliser une opération d’agrégation sur une couche différente de la couche sur laquelle s’applique l’expression. En utilisant la bibliothèque Python future et un peu de code , on obtient un ensemble de conversions automatiques qui gèrent également la transition PyQt4 vers PyQt5. Voici un résumé du travail des développeurs qui y ont participé: De plus, les données sont souvent directement à jour: Cette fonctionnalité a été financée par Canton de Zug, Suisse Cette fonctionnalité a été développée par Matthias Kuhn.

Cette version est une version dite courante: Voici une petite sélection des nouveautés de la version 2. Commençons par une nouvelle fonctionnalité qui va fortement améliorer la productivité des cartographes: Le problème majeur est que la fenêtre des propriétés de la couche est modale: Néanmoins, la fenêtre des styles a tendance à occuper une surface de qqgis en plus grande, du fait des très nombreuses options possibles et du grand nombre de moteurs de rendu existants dans QGIS.

Cela revient à ouvrir et fermer la fenêtre de style très souvent ce qui fait perdre du temps. Pour régler ce problème, QGIS 2. Il est physiquement toujours présent même si on peut le masquer complètement.

Forum GeoRezo / QGIS Requête par interval de surface

Un vrai gain de temps en perspective. Pour terminer le dock de style fonctionne également sur les styles multiples ainsi que sur les étiquettes.

qgis 2.16

Pour ma part, je ne pourrais plus faire sans. Pour vous en convaincre, voici un exemple de fonctionnement: QGIS continue d’innover dans les moteurs de rendu. C’est un des composants les plus utilisés dans QGIS puisque dès qu’on souhaite élaborer une carte, on passe par lui. On compte maintenant une petite dizaine de moteurs de rendus différents, allant de la représentation unique pour tous les objets de la couche à la carte de chaleur en passant par le rendu 2.

Pour la version 2. Quel est donc son intérêt alors? Ce moteur de rendu sert essentiellement pour gérer ce qu’on appelle des « couches d’étiquettes ». En effet, en plus des symboles d’objets géographiques, on peut représenter également des étiquettes ainsi que des diagrammes qui sont des objets générés, quasi-indépendants des objets géographiques ils sont généralement positionnés au-dessus de leur objet géographique respectif mais ce n’est pas forcément obligatoire.

Ainsi, pour les couches sans symbologie, apparaîtront uniquement les étiquettes et les diagrammes. Cela peut être intéressant si vous avez constitué une couche de points, dédiée à l’affichage de certaines étiquettes les étiquettes seront positionnées au-dessus des points et que vous ne voulez pas représenter les points.

Cette qgus est parfois nécessaire lorsqu’on souhaite positionner manuellement des étiquettes dans l’objectif d’avoir un rendu vraiment parfait à une échelle donnéelorsque le placement automatique des étiquettes ne donne pas satisfaction.

Les moteurs qgid rendu forment les familles de représentation. Chaque moteur de rendu propose de créer des styles spécifiques en utilisant des symboles qui peuvent prendre plusieurs types différents. Par exemple, pour styler une couche de polygones, on peut choisir d’utiliser un type de qgiw simple formé à partir d’une couleur de remplissage ainsi que d’une bordure de largeur et de couleur données.

Nouveau sur le site : Fiches d’aide à QGIS et – Sigea

On peut également utiliser un remplissage par motif formé à partir d’une géométrie qui sert de motif ou encore un remplissage dégradé, ou également choisir de ne représenter que la bordure pouvant elle-même être composée de plusieurs symboles de points qgi. Ces ensembles de styles sont appelés types de symboles et ils sont bien entendu combinables entre-eux jusqu’à quasiment l’infini. Régulièrement, QGIS introduit de nouveaux types de symboles.

C’est le cas pour cette version avec le type lignes de flèches qui permet de générer des flèches dans des styles variés pour tout objet linéaire donc les polylignes mais également les bordures de polygones. Ce type de symbole permet de simplifier la représentation des segments linéaires avec un sens de qgjs.

C’est très pratique pour générer des cheminements avec un sens représenter les rues en sens unique par exemple. On peut bien entendu également disposer d’une seule flèche linéaire pour l’objet linéaire. Les flèches courbes peuvent être utilisées pour représenter des flux d’un point qgos l’autre, sans forcément suivre une ligne droite.

  TÉLÉCHARGER MINI KAWOULE GRATUIT

C’est très pratique pour représenter des flux entre deux points, dont la largeur de flèche est proportionnelle à la masse déplacée. En outre, qigs est combinable avec l’ensemble des autres type de symboles de QGIS ainsi qu’avec des expressions car les flèches sont des objets surfaciques. On peut donc par exemple dessiner des flèches avec un gradient de couleur en guise de remplissage, dont la taille de la pointe est dépendante de la valeur d’un attribut.

Voici un exemple de réalisation où on voit bien les différentes formes possibles, ainsi que les options 2.6 Quelques nouveautés permettent d’améliorer 2.166 de l’interface sur la partie cartographie de QGIS. Par ailleurs, il existe maintenant une fonction de loupe qui permet de grossir l’image du rendu de carte à une échelle donnée.

L’intérêt de la loupe est qu’elle ne modifie pas l’échelle et donc il n’y a pas besoin d’effectuer un rendu graphique lorsqu’on l’utilise. Si vous avez une sgis avec de nombreux détails, vous pouvez agrandir l’image sans devoir relancer de lourds calculs qui prendraient du temps. Du côté de la gestion des rampes de couleur utilisées pour les gradients de couleurQgiss présentait déjà une boîte de dialogue vraiment complète, permettant de créer ou de modifier des rampes de couleur de manière interactive.

La boîte de dialogue présente maintenant une meilleure ergonomie avec la possibilité de déplacer directement les arrêts de couleur, de les supprimer directement, de les créer par un simple double-clic.

En ce qui concerne les écrans à très grande résolution 4kQGIS utilise maintenant uniquement des icônes SVG pour ses barres d’outils. L’intérêt 2.61 de pouvoir les représenter avec une dimension adaptée à l’écran auparavant certaines icônes étaient uniquement en bitmap, avec une taille fixe, paramétrable mais sans doute pas assez grosse pour les écrans à haute résolution.

Enfin, on notera une amélioration des options de sélection des entités géographiques sur le canevas de carte:. Voici une illustration de la boîte de dialogue des rampes de couleur: Un des principes de base du SIG est de combiner formes géographiques et attributs alphanumériques. 2.61

Ces attributs permettent de qualifier les objets spatiaux représentés sur la carte. Par exemple, si vous avez une couche d’arbre, vous pouvez stocker l’espèce de l’arbre dans un attribut de la table ou encore, sa hauteur dans un autre attribut. Comprenez que la géométrie d’un objet n’est qu’un attribut parmi tant d’autres qui a la particularité d’être représenté différemment d’un texte ou d’un chiffre.

Dans cette version de QGIS, de nombreuses améliorations ont été ajoutées dans la table des attributs. C’est ce que nous allons voir dès maintenant…. C’est une fonctionnalité longtemps attendue dans QGIS: Maintenant, ils disposent d’un formulaire simple leur permettant de sélectionner les objets qui correspondent à un ou plusieurs attributs.

Les fournisseurs de données sont les éléments de base de QGIS permettant de lire et écrire les données depuis divers formats. En outre, cela permet de se focaliser sur les méthodes de connexion et non sur la maintenance d’un nouveau format. Car il faut bien retenir que le nombre de formats SIG existants est au moins aussi grand que ce qu’on peut rencontrer dans les formats bureautiques.

Un exemple flagrant est que très tôt il y a plus de quinze ansune bibliothèque dédiée à la gestion des formats SIG existants a été développée.

Cette bibliothèque gère aujourd’hui un peu plus de formats différents! C’est un format propriétaire dont les spécifications sont à peu près ouvertes. Néanmoins ce dernier présente plusieurs inconvénients:.

Pour améliorer qgiw situation, l’ OGC a lancé une étude d’un nouveau format pour remplacer ce standard de facto par une alternative ouverte et plus moderne. Cette étude a conclu à la création du format GeoPackage qui présente les particularités suivantes:. Je vous invite fortement à utiliser ce format plutôt que le traditionnel Shape pour toutes les bonnes raisons évoquées plus haut.

Les deux types de services suivants sont gérés:. En effet, on peut déployer QGIS sur les postes bureautique sans devoir abandonner tout de suite les services qgi qui ont forcément pris du temps à être élaborés, donnant un peu plus de temps pour envisager la migration de la partie serveur par QGIS Server ou un autre serveur de cartes comme MapServer ou GeoServer.

Ce dernier est un protocole normé par l’OGC. Grâce à ce protocole on gagne souvent beaucoup de temps car il n’y a plus besoin de télécharger une couche sur sa station de qgia pour en utiliser les données. Tout se passe directement depuis le client qui va chercher les données pour vous.

  TÉLÉCHARGER COMPOSANT WEBPART GRAPHIQUE

De plus, les données sont souvent directement à jour: Néanmoins, avec le temps, le connecteur natif de QGIS est resté tel quel, avec de nombreux bugs. Par ailleurs, le standard WFS a évolué avec le temps, notamment avec la publication des versions 1. Il était donc temps de le mettre au goût du jour, sachant que de plus en plus de données sont disponibles via les plate-formes WEB SIG.

eq menu haut

Le connecteur gère également le cache des entités ce qui évite de recharger toutes les entités lors du déplacement sur la carte. C’est donc plutôt une bonne avancée qui va permettre aux utilisateurs de QGIS d’utiliser de plus en plus de flux de données, issus de différents partenaires, d’une manière plus simple que la méthode traditionnelle de téléchargement manuel d’archives compressées. Dans un SIG, la manière de représenter une donnée n’est généralement pas stockée en même temps que les données.

En règle générale, le style de chaque couche a tendance à changer pour chaque projet cartographique donc il n’est généralement pas pertinent de stocker ce style dans autre chose que le conteneur du projet cartographique. De plus, stocker le style dans les données amène une certaine confusion chez les utilisateurs débutants qui peuvent être amenés à ne pas utiliser les fonctions de représentation automatique du moteur carto du logiciel de SIG mais de styler individuellement chaque objet géographique ce qui est MAL!

Néanmoins, dans certaines situations, on peut vouloir créer un style par défaut ou une collection de styles pré-définis pour une couche si on sait qu’on doit souvent faire la même chose avec les données. QGIS permet de stocker des styles dans des fichiers externes:.

Depuis la version 2. Avec la version 2. Le principe est le même que pour PostGIS: Une fois référencée, on peut alors choisir d’enregistrer un ou plusieurs styles suivant le nom de la couche géographique dans la base de données.

L’interface de QGIS récupère automatiquement ces styles et propose à l’utilisateur une liste de choix l’utilisateur reste bien entendu libre de créer son propre style de zéro from scratch et indépendamment des styles stockés en base de données.

Avec de bons formulaires de saisie, on peut tout à fait créer une véritable application de saisie métier complètement 2.16 et pertinente par rapport au contexte. Une autre nouveauté d’ampleur va permettre un gain substantiel qtis productivité pour les utilisateurs qui doivent saisir des données qui se répètent fréquemment pour certains attributs: Il existe maintenant un outil spécifique de « saisie attributaire multiple » qui ouvre un formulaire de saisie spécial.

Ce dernier applique les valeurs d’attributs qfis à l’ensemble des entités sélectionnées. Concrètement, si vous avez une couche d’arbre, vous pouvez sélectionner tous les points dont vous savez qu’ils sont des chênes manuellement ou avec une requête adaptée et modifier la valeur du champ « caduque » 2.166 True pour l’ensemble de la sélection. Cela permet de gagner vraiment du temps on n’est pas obligé de passer chaque objet en revue et de s’assurer que la saisie attributaire est homogène. Ce nouvel élément permet de s’assurer que la saisie des attributs sera conforme à une ou plusieurs règles.

D’abord, il est possible d’indiquer qu’un champ doit agis non nul, indépendamment de ce qui est indiqué dans le stockage sous-jacent une contrainte NOT NULL dans une base de données par exemple. Pour aller plus loin, il est maintenant possible d’indiquer pour chaque champ une contrainte de saisie.

La grammaire des contraintes est basée sur les expressions QGIS, ce qui permet une richesse de contrainte quasiment infinie.

qgis 2.16

On peut donc indiquer qu’une valeur numérique doit être comprise entre telle et telle valeur ou que le contenu d’un texte doit satisfaire une expression rationnelle.

Lorsque le champ n’est pas conforme à la contrainte, la couleur de gqis de l’élément de saisie est en rouge ce qui permet à l’utilisateur d’identifier facilement et visuellement que sa saisie n’est pas conforme l’affichage gqis bien sûr dynamique.

Chaque élément de saisie dispose d’un conseil ToolTip indiquant ce qui ne va pas.

Categories: Multimédia